Samaritans, au service du groove

Après une année de travail, le quatuor débarque avec Š, un premier album abouti qui va faire danser dans les chaumières.

25507751_1843878695902246_5531775507492743506_n

Il n’est pas courant de voir un nouveau groupe tourangeau débarquer avec un album sans passer par la traditionnelle case single ou EP. Bien-sûr, le quatuor ne vient pas de nulle part. Fondés sur les cendres de Dog Guilty Party, les gars de Samaritans sont déjà des musiciens accomplis, avec l’expérience et le professionnalisme que cela implique. Pro, c’est justement le mot d’ordre du groupe dans ce nouveau projet. Avec un album produit par PMG Productions, co-réalisé par Laurent d’Herbécourt (Phoenix) et masterisé par Benjamin Weber (Parcels), les Samaritans affichent tout de suite leur ambition avec un projet déjà rodé, du talent et une très bonne maîtrise de la scène.

Can You Feel It ? – Š

Exit la batterie acoustique, l’excellent Damien Raynaud, qu’on savait déjà bon batteur, passe aux machines. Et bien qu’à la Chronique on garde une préférence pour l’acoustique, surtout en ce qui concerne les batteries, force est de constater que le choix est judicieux et apporte, sur le disque comme sur scène, un côté très moderne et renforce l’identité du projet. Et c’est bien là que réside l’essence même des Samaritans : un son original, qui se balade entre pop, rock électro et funk, qui fait plus que le taf et nous embarque instantanément. Ainsi le tout-venant, même mauvais danseur, pourra difficilement se retenir de mettre son corps en mouvement tout au long des 10 titres qui composent Š.

Mais il serait un peu facile de réduire l’album à une vulgaire galette pour DJ à faire tourner sur une platine en boîte de nuit. On ressent une véritable finesse dans la composition et les arrangements sont calibrés au millimètre. Les claviers, tantôt hypnotisants et tantôt plus brutaux, sont vraiment le moteur de l’album et apportent une touche très 80 à l’ensemble. Kiefer Oakley, dont il semblerait que la religion soit le groove à tout prix, va chercher des lignes de basse du côté de la funk, avec un jeu très aérien et assez jouissif, mais sait aussi élargir sa palette pour jouer de manière plus binaire. Les voix à la fois punchy mais aussi très suave apportent quelque chose de sensuel à l’ensemble. Qu’on se le dise : l’album des Samaritans sonne très sexy.

New Disorder – Š

New Disorder, chanson qui clôture le disque, paraît être le titre le plus fort de l’album et nous attrape dès l’intro avec un clavier tranchant comme une lame de rasoir et qui débite sa mélodie avec une froidure presque robotique. L’ambiance qui s’en dégage est puissante, lourde et très sombre. A l’opposée, Can You Feel It, joue beaucoup plus sur la légèreté avec un côté très dansant et on l’imagine facilement tourner en boucle sur n’importe quelle bande FM.

Les Samaritans placent la barre assez haute pour leur première livraison avec un album très réussi et un projet ambitieux. On attend la suite.



Plus d’infos

Retrouvez Samaritans au Shanti Shanti le 13 février prochain à 18h pour le Quart d’Heure Tourangeau et en même temps sur le 93.6 pour les plus flemmards.

La prochaine date du quatuor, c’est à Paris aux Trois Baudets le 20 février prochain. RDV 20h.

Pour suivre le groupe : FacebookSoundcloud / Site Web.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s